Un miel de première qualité

Le miel est un aliment qui a traversé l’histoire de l’homme, dès ses premiers pas alors qu’il se nourrissait uniquement du fruit de ses cueillettes. Le goût incomparable de ce nectar donna rapidement l’audace d’affronter les abeilles et de leur subtiliser quelques rayons. Au fil du temps, l’homme et l’abeille ont tissé des liens de plus en plus serrés, menant à l’abeille domestique et la dissémination des ruches par l’homme.

Le miel brut était consommé frais et intact, pendant des millénaires. Ses qualités énergétiques et antiseptiques étaient alors préservées, ainsi que d’autres éléments nutritionnels fragiles (vitamines, acides aminés, enzymes et grains de pollen principalement). Tout miel est fragile à la cristallisation, un état qui lui confère naturellement une grande stabilité. Un bon cru cristallisé se conservera des dizaines d’années sans perdre ses belles propriétés.

La cristallisation est accélérée au froid, ainsi qu’à l’exposition à l’air et au brassage, même léger. Il est donc normal que le miel cristallise après quelques ouvertures. De plus, les nectars de certaines fleurs induisent rapidement la cristallisation, selon les proportions des sucres qu’ils contiennent. C’est le cas au Québec des miels de fleurs sauvages au printemps (fleurs de saule) et à l’automne (verge d’or et asters). Par contre, il serait dommage de les éviter car leurs arômes et leurs saveurs sont délectables.

Côté énergétique, le miel est surtout une source de glucides (80% de sucres), principalement du type fructose et glucose. Ces sucres sont assimilés directement par le corps sans besoin de digestion supplémentaire. Comme le pouvoir sucrant du miel est très grand, il suffit d’une petite quantité pour sucrer et aromatiser un plat, ce qui en fait un sucrant de premier choix. Sa charge glycémique (son impact sur la glycémie ou taux de sucre sanguin) est de 18 pour 25 g. Il contient aussi des antioxydants protecteurs (flavonoïdes), ainsi qu’un peu de potassium.

La qualité du miel est indissociable de la santé des abeilles et de leur environnement. Les abeilles se nourrissent de pollen, leur source de protéines, vitamines et minéraux, au fur et à mesure qu’elles butinent les fleurs pour en recueillir le nectar si indispensable à la ruche. Ces grandes travailleuses ont besoin d’une alimentation naturelle, riche et diversifiée pour combler tous leurs besoins, les fortifier et les protéger. Dans ces conditions les ruches sont en santé et leur environnement aussi, car les insectes pollinisateurs sont un maillon essentiel de la chaîne de la vie.

Avec l’industrialisation de l’agriculture, les pratiques ancestrales simples ont beaucoup changé en apiculture, tant du côté de la gestion des ruches que du traitement du miel. Les grandes cultures industrielles ont produit beaucoup de monocultures, avec une dispersion de plus en plus grande de pesticides dans l’environnement. L’alimentation des abeilles est alors limitée et leur exposition toxique accentuée. L’alimentation peut se faire rare entre la floraison des cultures principales et avant la nouvelle saison, ce qui incite les grands producteurs à leur fournir du sucre dans l’intervalle. La culture de plus en plus étendue de plantes génétiquement modifiées (OGM) est un changement supplémentaire au niveau toxines (pesticides) et alimentation pour les abeilles.

Ces dernières années, une fragilisation des ruches, l’augmentation des parasites et de la mortalité et les besoins de traitements anti-parasitaires sont de plus en plus évidents, partout sur la planète.

En ce qui concerne le traitement du miel, la grande majorité du miel vendu est pasteurisé et ultrafiltré. Il perd alors ses qualités nutritionnelles, gustatives et son parfum au profit de moins de cristallisation et d’un coût moindre. Il peut ainsi demeurer en tablette très longtemps sans changement de texture et son goût neutre est toujours le même. Il faut aussi mentionner que les habitudes de consommation ont justement favorisé les produits les plus liquides, cristallisant le moins possible, ainsi que les goûts uniformes, plutôt doux. C’est dommage car le miel est comme le vin, il gagne à être découvert sous toutes ses saveurs. Chaque environnement produit un miel différent selon les fleurs butinées en saison. Dans le monde, certains miels ont même des appellations contrôlées.

Au niveau thérapeutique, un miel de qualité a des vertus antiseptiques intéressantes. De tout temps, le miel a été utilisé comme remède ou comme base de remède. Certains miels ont encore plus de propriétés antiseptiques que d’autres; c’est le cas notamment du miel de Manuka. Élaboré par les abeilles de Nouvelle-Zélande dans les champs de manuka en fleurs, il est sujet à une certification et un classement en fonction de la proportion de principe actif. C’est un remède qui convient a une vaste clientèle par exemple dans les cas d’infection de gorge ou du système digestif. Il peut aussi être appliqué directement sur la peau (éraflures, coupures, brûlures).

Que ce soit pour le pur plaisir de sa saveur, ses qualités nutritionnelles ou ses vertus thérapeutiques, le miel artisanal de qualité est le meilleur choix santé !